Autres manifestations


M. Vico

A. Dugué

Arrivée devant l école du Plein-Air, aujourd'hui C F I

 

Dans la presse locale



1980

 

 

 


1987

 

 


20 décembre 1989

 


septembre 1990

 

 


11 janvier 1993

 


février 1995

 


18 octobre 1995

 

Le Courrier du 19/7/95 ANDRESY
Caserne des pompiers
Une situation détériorée


Le nouveau maire d Andrésy, Jean-François Thil, était très attendu, vendredi matin, pour la traditionnelle revue des sapeurs-pompiers. Car, sous la halle du marché couvert, les langues se sont volontiers déliées pour parler de la situation de la caserne.
« En arrivant ici, j'ai trouvé une situation détériorée », souligne le premier magistrat, qui n'a pas l'habitude de mâcher ses mots. « II y a douze ans, il y avait vingt-huit sapeurs-pompiers, aujourd'hui ils ne sont plus que dix-huit. Pendant ces douze années, les pompiers partants n 'ont jamais été remplacés et il n'y a pas eu de travaux effectués à la caserne », sanctionne celui qui a dirigé la ville de 1 977 à 1983.
Jean-François Thil préconise « d'augmenter les effectifs et de trouver des pompiers qui travaillent surplace, à Andrésy, pour les interventions en journée... et aussi de trouver d'autres locaux ». A suivre. En attendant, les sapeurs-pompiers d Andrésy ont présenté leur véhicules : deux fourgons pompe-tonnes, une ambulance VSAB, une voiture tous usages et une embarcation. « Nous réalisons en moyenne 460 interventions, et nous sommes bien partis pour battre ce record », reconnaît l'adjudant-chef René Landecker. C'est dire si la caserne andrésienne a besoin d'être renforcée.

 


27 janvier 1999


mars 1999

   
   

 

ANDRÉSY
Sainte-Barbe : Trophées, médailles et inquiétudes
Les sapeurs-pompiers se sont réunis vendredi dernier pour fêter la Sainte-Barbe. Remise de nominations et de médailles.
Nous profitons de ce moment pour remettre les nominations, médailles et trophées sportifs qui correspondent au challenge nautique départemental des sapeurs-pompiers qui s'est déroulé en novembre dernier, et pour lequel nous avons terminé 3e au classement général, a exprimé vendredi l'adjudant chef Éric Cathelinaud, à l'occasion de la fête de la Sainte-Barbe. Un moment de répit pour les 18 sapeurs-pompiers volontaires du centre de secours qui ont effectué pas moins de 711 interventions sur la commune depuis le premier janvier dernier «sans compter celles qui ont eu lieu au mois de mars en raison des crues». Malgré l'ambiance festive, Éric Cathelinaud n'a pas caché son inquiétude quant au devenir du centre de secours d'Andrésy : «Un local fonctionnel et confortable nous héberge même s'il n est pas destiné à un local de pompiers. Mais que serait devenu notre centre de secours sans ce local?» L'autre souci se tourne vers l'avenir, un seul centre de secours devant regrouper les sapeurs-pompiers d'Andrésy, de Maurecourt et de Chanteloup. Une décision prise depuis la loi de départementalisation. Les sapeurs-pompiers d'Andrésy devront-ils intégrer une caserne commune qui devrait se situer à Chanteloup ? «Faire un centre unique nécessite des travaux importants, a souligné le maire Hugues Ribault qui souhaite maintenir les sapeurs-pompiers de sa commune à Andrésy. Nous avons de notre côté proposé un terrain», a souligné le maire avant de remercier les sapeurs-pompiers pour leur «engagement, abnégation et volontariat.»
Les nominations : Caporal chef: Isidore Dewilde. Caporaux : Thierry Gaumon et Jérôme Babillât. Premières classes : Mathieu Chauvet et Florent Maillard. La médaille de la protection civile a été remise à deux vétérans : Edouard Vico, adjudant et Michel Wattris, caporal. Charlotte Faure et Cécile Mahieu ont quant à elles reçu un trophée récompensant leur performance au challenge nautique.
M.A.M.

Eric Cathelinaud, adjudant-chef, a souligné ses inquiétudes après avoir remis décorations et médailles..

 

Vu sur andrésy mag octobre 2010 Page 24

Un site sur les pompiers d’Andrésy « Andrésy, petite ville des Yvelines a fermé sa caserne en décembre 2004 ». C’est ainsi que tout commence...
A l’origine, la passion d’un homme, ancien pompier de la caserne d’Andrésy, mais pas seulement. Agent de la ville de surcroit, mais également membre du Club Historique Andrésy, Pierre Descartes connu sous le nom de « Pierrot » est un passionné du casque argenté et un amoureux de l’histoire avec un grand H. C’est pourquoi, lorsqu’on lui a mis le « bébé » entre les mains, il a tout de suite foncé. Avec l’aide des ses amis du Club Historique Andrésy, il a conçu un site, véritable mine d’or du patrimoine historique des pompiers d’Andrésy.
Photos d’époque, témoignages, interventions, défilés, mais également des exercices du début du siècle dernier, tous ces documents ressuscitent la caserne des pompiers d’Andrésy de 1879 à 2004.
Un véritable coup de cœur pour les passionnés et les nostalgiques.

 

Retour